FUTURE OF WORK : quelles attentes de la Gen Z pour l’entreprise de demain ?

Ressource

FUTURE OF WORK : quelles attentes de la Gen Z pour l’entreprise de demain ?

Etude de Mazars et Opinion Way – Février 2019

FUTURE OF WORK : quelles attentes de la Gen Z pour l’entreprise de demain ?

Une étude menée par Mazars et Opinion Way

Découvrir l’étude

Nés après 1995, les jeunes de la Génération Z arrivent peu à peu sur le marché du travail. D’ici 2020, ces digital natives représenteront 20% des effectifs en entreprise et vont accélérer fortement leur mutation. Afin de connaître les attentes de cette Génération Z, ses aspirations et sa vision de l’entreprise de demain, NOUS AVONS MENE UNE ENQUETE AVEC OPINIONWAY AUPRES DE 2000 JEUNES AGES DE 15 A 24 ANS (GENERATION Z) ET DE 25 A 34 ANS (GENERATION Y).

Nous vous proposons ainsi un regard croisé avec les Millennials afin d’identifier les différences de perception entre ces deux générations.

La Génération Z a grandi sur fond de digitalisation, d’incertitudes économiques et de conscience sociale et environnementale. Alors que la Génération Y était marquée par l’engagement et l’équilibre vie privée/vie professionnelle, la Génération Z est plus que jamais à la recherche d’expérience de vie, d’échanges et de lien de confiance. Séduite par les nouveaux modes de travail – freelance, flexibilité des horaires, télétravail, temps partiel, cumul des emplois… –, LA GENERATION Z EN RESTE NÉANMOINS RÉALISTE ET EN QUETE DE SECURITE : le CDI et le temps plein restent la norme avec 79% des jeunes âgés de 15 à 24 ans qui considèrent que décrocher un CDI est un objectif en soi. Ils sont cependant 1 sur 2 à penser que le CDI a vocation à disparaître à terme au profit du CDD ou du travail en freelance et un tiers d’entre eux souhaite cumuler au moins 3 activités en parallèle.

D’autre part, LA GENERATION Z EXPRIME UN REJET POUR LES ENTREPRISES TRADITIONNELLES : les entreprises du CAC40, les GAFA et startups ne figurent plus parmi les entreprises préférées des jeunes diplômés. Un quart de cette génération souhaite se consacrer à son propre projet… et être son propre patron. Si l’on peut imaginer qu’à l’heure de la digitalisation, l’entreprise virtuelle, sans espace de travail physique, pourrait séduire ces digital natives, ce n’est qu’une idée reçue. LES JEUNES DE LA GENERATION Z PERÇOIVENT L’ENTREPRISE COMME UN VECTEUR DE LIEN SOCIAL, 79% d’entre eux attendent d’elle qu’elle fournisse un espace de travail physique et convivial où règnent les interactions au sein d’une atmosphère de travail agréable. Outre la rémunération, plus de la moitié de la Génération Z est avant tout motivée par l’ambiance de travail et les échanges avec les collègues avant même l’intérêt du poste.

Par ailleurs L’AUTONOMIE ET LA FLEXIBILITE PROPOSEES PAR LES ENTREPRISES SERONT DES FACTEURS DETERMINANTS POUR ATTIRER ET RETENIR CETTE GENERATION Z. En effet, s’ils sont friands de lien social et attachés à disposer d’un espace de travail fourni par l’entreprise, 73% d’entre eux souhaitent que cette dernière leur permette d’organiser leurs horaires de travail comme bon leur semble. Cette autonomie organisationnelle brouille encore davantage la frontière entre vie privée et vie professionnelle.

Avec un fort désir d’indépendance et d’autonomie, LA GENERATION Z SIGNE LA FIN DE L’ENTREPRISE VERTICALE. Désireux d’être vite responsabilisés et impliqués dans les décisions stratégiques de l’organisation, les jeunes de la Génération Z entendent être considérés d’égal à égal par leurs managers qui deviennent des coaches et animateurs. C’EST FINALEMENT UNE GENERATION QUI EN REVIENT AUX FONDAMENTAUX : L’ENTREPRISE DOIT ÊTRE SOURCE DE REMUNERATION ET VECTEUR DE LIEN SOCIAL ET  D’INTERACTIONS.
Pour attirer et fidéliser cette génération, les organisations n’auront d’autre choix que de repenser leur modèle pour favoriser l’horizontalité et l’agilité. L’entreprise de demain devra donc être ce carrefour, cet agora qui favorise les échanges et renforce le lien de confiance.

ETUDE AU FORMAT PDF

Etude sur le site de Mazars

Partagez !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
« Une perte de sens totale » … 17 avril 2019 Et si on parlait du bien-être … 22 avril 2019